Description complète du projet «Distancia»

cropped-cropped-cropped-cropped-cropped-cropped-1.-Amérique-continentale-e144619334517211-1.jpgLe projet « vaincre la distance » a pour objectif d’analyser les dispositifs pratiques de natures politiques, culturelles et sociales mis en place par les gouvernements et leurs acteurs pour rompre la distance géographique, mais aussi socioculturelle, afin de maintenir leur domination sur de vastes territoires.

La notion de distance au croisement de plusieurs disciplines des sciences sociales

La distance est d’abord géographique et désigne l’intervalle entre deux points. À ce titre, il s’agit d’une notion centrale en géographie car elle figure parmi les déterminants de l’organisation spatiale des activités humaines. Néanmoins, la notion de distance  ne se limite pas à la mesure métrique de l’éloignement et de la proximité : la dimension sociale de la distance est extrêmement riche et pourrait figurer au rang des « concepts nomades » des sciences humaines. La distance (( Le latin distantia signifie « éloignement » et au figuré « différence ». Au 12e siècle le mot désigne d’abord un désaccord (sens que l’on retrouve en anglais). Dès les premiers textes, il désigne au figuré le degré de séparation entre deux personnes.)) est avant tout une facette du monde social qui repose sur les interactions et la communication des hommes entre eux. Aussi peut-on dire avec Jacques Lévy que « la combinaison du contact et de l’écart a été une caractéristique majeure de l’histoire des sociétés. » [Lévy, 2009]. La distinction de P. Bourdieu [1979] -inspirée de la sociologie historique de N. Elias- mesure la correspondance entre les écarts des capitaux culturels et économiques des groupes sociaux afin d’établir une sorte de cartographie du champ social : une distance socioculturelle structure le champ social et les comportements des individus. Ce constat, bien que nuancé par la prise en compte de la variété des choix individuels [Lahire, 2004], semble toujours d’actualité [Coulangeon, Duval, 2013].

La distance entre gouvernants et gouvernés est aussi une manière d’approcher les réalités du pouvoir. L’écart dans le langage, la culture et les intérêts entre le pouvoir souverain et ses sujets ; la transmission et la transformation des messages passés entre les mains de plusieurs intermédiaires éclairent le dispositif complexe de la « chaîne de commandements » et des réponses des acteurs aux injonctions du pouvoir : par exemple, les débats autour de justice et police de proximité [Fassin, 2011 ; Barriera, 2013] montrent le rôle de la distance dans le maintien de l’ordre. Par ailleurs, l’affirmation grandissante d’un village global [McLuhan, 1962] ou de technologies abolissant les distances et reliant tous les individus diffuse l’idée (en partie fausse) d’une disparition des États et plus généralement de toutes formes d’intermédiarité [Weissberg, 1999 ; Dollfus, 2001].

Mettre la ditance au coeur de la réflexion sur l’histoire des empires ibériques

Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, 1599 CC wikicommons

Le projet « vaincre la distance » a pour objectif d’analyser les dispositifs pratiques de natures politiques, culturelles et sociales mis en place par les gouvernements et leurs acteurs pour rompre la distance géographique, mais aussi socioculturelle, afin de maintenir leur domination sur de vastes territoires.

Vaincre la distance est une référence à la formule de la Méditerranée de Fernand Braudel [1947] à propos de l’empire de Charles Quint : « La distance : ennemi numéro 1 ». Avec les conquêtes et les expéditions maritimes les monarchies portugaises et espagnoles atteignent au 16e s. des dimensions jusque-là inédites. Une intense réflexion sur la meilleure forme du gouvernement a immédiatement été conduite dans le même temps que les conquérants improvisaient souvent in situ la gestion du nouveau pouvoir. Comment projeter et maintenir à distance l’autorité, une relation qui reposait alors sur le lien de fidélité personnel avec le roi compte tenu de moyens techniques encore limités ? Les tentatives de réponses furent multiples, souvent théoriques et normatives, mais la plupart du temps elles suivirent sur le terrain une casuistique imposée par les diversités réalités et organisations politiques auxquelles furent confrontées Espagnols et Portugais en Europe, en Afrique, en Amérique et en Asie. L’expansion des monarchies ibériques impliqua la diffusion et l’adaptation de formes d’organisations sociales et d’institutions politico-administratives à grande distance [Cardim in O. Mazín et Ruiz Ibañez J.J. (éd.), 2012].

Ainsi, les empires sont caractérisés par une extension qui, traduite en temps de parcours et en coûts de mise en communication dans les conditions techniques de leur époque s’avère sans équivalent de nos jours. Ils sont caractérisés par la coexistence en leur sein de systèmes économiques, culturels, religieux, sociaux et politiques différents ; dont les frontières créent à leur tour des rugosités qui accroissent encore les distances. On peut faire l’hypothèse qu’ils n’existent que dans la mesure où ils ont su pu développer en leur sein et préserver des mécanismes qui fonctionnent comme des réducteurs d’extension et ramènent leur taille, mesurée en unités scalaires politiques, à des quantités compatibles avec la préservation de leur continuité spatiale. « La co-présence, la mobilité et l’ubiquité… sont les trois principaux moyens de lutte contre la distance » [Lévy, 1994]. Ce sont eux que nous rechercherons dans les systèmes que nous allons étudier. Nous verrons comment ils se combinent dans le gouvernement de ceux-ci, comment ils interagissent avec les espaces concernés. Nous chercherons à mesurer l’efficacité de ces interactions et son évolution dans le contexte changeant des conditions du moment. Nous décrirons, avec une spéciale attention, les formes institutionnelles dans lesquelles ces mécanismes s’incarnent et les connexions qui les montent en réseau, qu’elles soient juridiquement formalisées ou reposent seulement sur des pratiques partagées. Nous parlerons évidemment beaucoup des États, car la gestion du politique est très évidemment leur affaire ; mais aussi des instances de gouvernement d’échelle provinciale et locale dont il est aisé de faire l’hypothèse que l’extension même des ensembles impériaux accroît le rôle structurel. Nous traiterons tout autant de société, de religion, d’économie, de culture et de représentation, car le gouvernement des hommes mobilise les acteurs dans toutes leurs dimensions.

Le cas des empires espagnol et portugais

Le coeur du projet porte sur les empires espagnol et portugais des 15e-19e siècles : deux vastes espaces politiques cumulant similitudes et différences et dont la comparaison s’avère particulièrement féconde [Cardim et Lluís Palos (éd.), 2012]. L’histoire politique et sociale des empires est particulièrement dynamique aujourd’hui : débarrassée d’anciens schémas nationalistes ou coloniaux, elle devient un moyen de repenser les configurations sociales à différentes échelles [Burbank, Cooper, 2010]. À ce titre, l’historiographie des empires ibériques se révèle particulièrement prolifique [Cardim, Herzog, Ruiz Ibáñez, et Sabatini (dir.), 2012] : les histoires comparées et croisées des deux empires sont au cœur de l’actualité historiographique et des travaux récents ont montré toute la pertinence d’une telle mise en perspective2. Les empires ibériques consituent des objets pionniers dans l’analyse historique des réseaux sociaux [Dedieu, 2005 ; Lemercier, Guzzi-Heeb, Bertrand, 2011].

Deux grandes axes : les acteurs et les pratiques du gouvernement

Notre recherche sur la structuration sociopolitique des empires espagnols et portugais suivra deux thèmes principaux : les agents et les pratiques du gouvernement.

  1. Les acteurs. Notre projet s’attache à étudier la nature et l’intensité des relations sociales induites par la distance : les empires sont en effet des espaces de mobilité qui provoquent des reconfigurations sociopolitiques permanentes [Zuñiga, 2002]. La circulation des agents de la Couronne entre les différents territoires de l’empire au gré de leurs nominations a bien évidemment des conséquences sur les alliances, les familles et les factions [Calvo, 1991 ; Bertrand, 1999 ; Herzog, 2001 ; Schaub, 2014]. Nous souhaitons également prendre en compte le vécu et l’expérience personnelle des agents et leurs familles soumis aux déplacements et à l’éloignement. À ce titre, il conviendra de ne pas réduire les agents de la Couronne à leurs fonctions officielles, mais bien en faire des hommes pluriels que l’expérience impériale marque dans les aspects les plus quotidiens de la vie. La sociologie du travail et des carrières qui inclut les dimensions interactionnelles, psychologiques et morales peut enrichir le propos sur l’histoire de l’administration [Hugues, 1996]. Il s’agit donc de prendre au sérieux le discours que les acteurs du pouvoir produisent sur leur situation et leur carrière, leurs complaintes ou leurs succès tels qu’ils les rapportent souvent dans la correspondance administrative. En effet, les sujets dispersés et parfois distants de plusieurs mois de la Cour s’efforcent de garder contact, de faire parler d’eux, en somme de communiquer via des réseaux de famille, de clientèle ou parfois directement avec le roi par lettre ou exceptionnellement en se rendant physiquement à la cour [Brendecke, 2012]. Le rôle des intermédiaires formels et informels retiendra particulièrement notre attention tant il est crucial et encore relativement peu étudié en histoire [Windler in Castellano & Dedieu, 1998].
  2. Les pratiques. À côté des agents impériaux, les moyens et les pratiques matériels seront étudiés : très tôt les monarchies ibériques ont mis en place des dispositifs de recueil de l’information sous forme d’enquêtes, de chroniques et de rapports. L’intense production de papiers de toute sorte et leurs processus de traitement retiendra notre attention. L’étude de la manière dont les gouvernements maintiennent concrètement des liens avec les autorités locales, les administrés/sujets/citoyens ou ses propres agents, ce fil souvent invisible, mais unificateur, nous semble être un point crucial dans la compréhension de la structuration des mondes sociaux. La mobilité spatiale et sociale des individus, la circulation des écrits, des informations, des savoirs, des instruments de pouvoir sont autant de thèmes qu’il conviendra d’étudier.

Bibliographie

Barriera [2013], « Entre el retrato jurídico y la experiencia en el territorio. Una reflexión sobre la función distancia a partir de las normas de los Habsburgo sobre las sociabilidades locales de los oidores americanos. » Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien n°101.

Bertrand [1999], Grandeur et misères de l’Office : les officiers de finances de Nouvelle-Espagne (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, France, Publications de la Sorbonne.

Bourdieu [1979], La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Braudel [1947], La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris.

Brendecke [2012], Imperio e información: funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid, Iberoamericana.

Burbank, Cooper [2010], Empires in world History :Power and the Politics of Difference, Princeton University Press,

Calvo, 1991 Poder, religión y sociedad en la Guadalajara del siglo XVII, México, Centre d’etudes mexicaines et centraméricaines H. Ayuntamiento de Guadalajara, 1992.

Cardim et Lluís Palos (éd.) [2012], El mundo de los virreyes en las monarquías de España y Portugal, Madrid, Iberoamericana.

Cardim, Herzog, Ruiz Ibáñez, et Sabatini (dir.) [2012], Polycentric monarchies: how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ?, Brighton, Sussex Academic Press.

Castellano & Dedieu [1998], Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien régime, Paris, CNRS éd.

Coulangeon et Duval (dir.) [2013], Trente ans après “La Distinction” de Pierre Bourdieu: [colloque, Paris, 4-6 novembre 2010. Collection “Recherches.” Paris, La Découverte.

Dedieu [2005], « Prosopographie rénovée et réseaux sociaux. Les agents de l’État en France et en Espagne de la fin du XVIe au début du XIXe siècle. Dix ans de publications », Jahrbuch für europäische Verwaltungsgeschichte, 17, pp.281-296

Dollfus [2001], La mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 2e éd.

Fassin, [2011] La force de l’ordre : une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil.

Herzog [2001], Rendre la justice à Quito: 1650-1750, Paris, l’Harmattan.

Hughes [1996], Le regard sociologique: essais choisis. Paris: Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Lahire [2004], La culture des individus: dissonances culturelles et distinction de soi, Paris: Éd. La Découverte.

Lemercier, Guzzi-Heeb, Bertrand, [2011], dossier « Análisis de redes e historia: herramientas, aproximaciones, problemas ». REDES. Revista Hispana para el Analisis de Redes Sociales, vol. 21. Barcelone.

Lévy [1994], L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Lévy [2009], « Entre contact et écart. La distance au cœur de la réflexion sur l’espace des sociétés », Atala n°12, 2009, http://www.lycee-chateaubriand.fr/cru-atala/publications/ATALA12/LevyAtala12.pdf

Mazín et Ruiz Ibañez J.J. (éd.) [2012], Las Indias Occidentales: procesos de incorporación territorial a las Monarquías Ibéricas (siglos XVI a XVIII), México, El Colegio de México.

McLuhan [1962], La galaxie Gutenberg : face à l’ère électronique, les civilisations de l’âge oral à l’imprimerie, Paris éd. Mame, 1972.

Mínguez et Rodríguez [2006], Las ciudades del absolutismo: arte, urbanismo y magnificencia en Europa y América durante los siglos XV-XVIII, Barcelona, Universitat Jaume I.

Schaub [2014] L’île aux mariés: les Açores entre deux empires (1583-1642), Madrid, Casa de Velázquez.

Weissberg [1999], Présences à distance. Déplacement virtuel et réseaux numériques : pourquoi nous ne croyons plus la télévision, Paris, L’Harmattan.

Zuñiga [2002], Espagnols d’outre-mer: émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili, au XVIIe siècle, Paris, EHESS.

 


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search