Los actores del gobierno

Le projet repose sur une historiographie et une recherche particulièrement dynamiques qui s’intéressent à la structuration des ensembles sociopolitiques impériaux. Notre recherche ne se privera pas de faire appel à la prosopographie et ses questions traditionnelles afin de dresser le portrait des différents agents du gouvernement des empires. Néanmoins, les limites d’une telle méthode désormais bien connues nous conduiront à proposer d’autres pistes capables de restituer la complexité et les dynamiques des structures sociales: il s’agira d’étudier les liens sociaux qui unissent les membres des groupes sélectionnés et les liens entretenus avec d’autres groupes (ecclésiastiques, commerçants, indigènes, etc.), le tout à l’échelle impériale et sur la durée (« les réseaux de dépendances »). Notre intérêt porte spécialement sur l’histoire des agents ordinaires au service de la Couronne et de leur travail quotidien. Ces agents ne se limitent pas aux « fonctionnaires » : ecclésiastiques, militaires et d’autres groupes aux contours plus flous entrent dans le champ de notre recherche qui vise précisément à rompre les définitions classiques des groupes socioprofessionnels. Une histoire triviale, dans le sens de ce qui concerne les faits de la vie la plus courante, qui doit conduire à éclairer les mécanismes effectifs de saisie et de contrôle des hommes et des territoires. Les formes de négociation, de résistance, de pouvoirs informels apparaissent au moment d’étudier finement le discours et le travail des acteurs de l’administration, les relations qu’ils entretiennent entre eux ou avec d’autres acteurs sociopolitiques. Cette approche implique également de travailler sur le « jeu d’échelle » et de changer de focal du local au global pour établir comparaisons et conclusions. Les recherches devront conduire à dresser un tableau des différents agents du pouvoir (sans se limiter aux fonctionnaires patentés). L’analyse historique des réseaux sociaux recevra l’appui de la base de données FICHOZ désormais implantée à l’Université de Toulouse-Jean-Jaurès.

Un aspect important de cet axe de recherche portera sur le système judiciaire portugais en dehors de la péninsule Ibérique. Il s’agira de vérifier l’hypothèse selon laquelle l’administration de la Couronne portugaise a connu une bureaucratisation précoce en raison des dispositions contre la vente des offices et du continuum des carrières entre le Portugal et ses possessions d’outre-mer. Il s’agira d’évaluer la structure institutionnelle diversifiée de l’Empire portugais et de retracer l’évolution de son appareil judiciaire et la circulation des idées et des agents.