Historia comparada de los imperios

En el marco del proyecto distancia, proponemos abrir la reflexión a la comparación sobre otros conjuntos imperiales, para destacar el papel de la distancia en la organización y el funcionamiento de los imperios.

Empezaremos a tratar de este tema durante un seminario en Toulouse en octubre de 2017:

Le facteur de la distance dans le fonctionnement des empires (mesures, rugosité, ubiquité) : une approche comparée

Coord. JP Dedieu, G. Gaudin

Date : 16 de marzo de 2018

Lieu : UT2J, Toulouse

Projet Distancia/ Labex SMS/Casa de Velázquez/Framespa

Les empires sont caractérisés par une extension qui, traduite en temps de parcours et en coûts de mise en communication dans les conditions techniques de leur époque s’avère sans équivalent de nos jours. Ils sont caractérisés par la coexistence en leur sein de systèmes économiques, culturels, religieux, sociaux et politiques différents ; dont les frontières créent à leur tour des rugosités qui accroissent encore les distances. On peut faire l’hypothèse qu’ils n’existent que dans la mesure où ils ont su pu développer en leur sein et préserver des mécanismes qui fonctionnent comme des réducteurs d’extension et ramènent leur taille, mesurée en unités scalaires politiques, à des quantités compatibles avec la préservation de leur continuité spatiale. Nous pensons, par exemple, à la mise en place d’une culture juridique commune qui permet aux agents en tout point de l’empire de rendre les mêmes sentences.

 

« La co-présence, la mobilité et l’ubiquité… sont les trois principaux moyens de lutte contre la distance » [J. Lévy, L’espace légitime, 1994]. De ces différentes dimensions, la seconde a sans doute été la plus étudiée, nous souhaiterions pour notre part insister sur les deux autres : co-présence et ubiquité (ou “télé-communication” toujours dans les termes de J. Lévy). Ce sont elles que nous rechercherons dans les systèmes que nous allons étudier. Nous verrons comment elles se combinent dans le gouvernement de ceux-ci, comment ils interagissent avec les espaces concernés. Nous chercherons à mesurer l’efficacité de ces interactions et son évolution dans le contexte changeant des conditions du moment. Nous décrirons, avec une spéciale attention, les formes institutionnelles dans lesquelles ces mécanismes s’incarnent et les connexions qui les montent en réseau, qu’elles soient juridiquement formalisées ou reposent seulement sur des pratiques partagées. Nous parlerons évidemment beaucoup des États, car la gestion du politique est très évidemment leur affaire ; mais aussi des instances de gouvernement d’échelle provinciale et locale dont il est aisé de faire l’hypothèse que l’extension même des ensembles impériaux accroît le rôle structurel.